Spectacle Vivant

 
 

Résidence de L’Ensemble K
spectacle vivant

L'Ensemble K © J-M Steiblé

L’Ensemble K est en résidence à l'Agence culturelle du 13 au vendredi 17 novembre pour la création du spectacle "Charlie" de Bruno Giner, d’après la nouvelle "Matin brun" de Franck Pavloff. Étape de travail de travail proposée aux professionnels le jeudi 16 novembre à 14h30.
En savoir +

Formation à géométrie variable à la croisée des arts, L’Ensemble K s’attache à bousculer la forme traditionnelle du concert en confrontant la musique de chambre à d’autres formes d’expression artistique (littérature, arts de la scène, arts plastiques, danse, etc.) dans une démarche à la fois esthétique et historique.

Il naît en 2008 autour d’un projet autour de l’"entartete Kunst" ou "art dégénéré", et fait revivre depuis des œuvres méconnues de compositeurs persécutés par les régimes totalitaires et tout particulièrement par le nazisme. Invité régulièrement par le Forum Voix étouffées, il se produit au Mémorial de la Shoah à Paris, au Mémorial d’Alsace Moselle ou au Centre Européen du résistant déporté au Struthof où il mène des ateliers pédagogiques sur la musique dans les camps.

L’Ensemble K s’engage par ailleurs dans des projets pluridisciplinaires avec une prédilection pour la musique du XXe siècle et pour la création : résidence John Cage à Senones (Scène2) 2012, création musique et danse à Musique et Action (CCAM Vandoeuvre-lès-Nancy) 2014.

En 2016 à l’Arsenal, il répond à la proposition du plasticien Jean-Christophe Roelens, avec le musicologue Benjamin Lassauzet, en créant Les couleurs du Quatuor pour la fin du temps, qui met en correspondance sons et couleurs, à partir du Quatuor pour la fin du temps d’Olivier Messiaen.

L’Ensemble K travaille actuellement sur un nouveau projet, "Charlie", de Bruno Giner, d’après la nouvelle "Matin brun" de Franck Pavloff et qui rassemble les différents aspects de sa démarche artistique tout en collant à une actualité brûlante. Dans un langage musical inspiré des années 20-30, cet opéra de poche relate la montée du totalitarisme et les attitudes contrastées des témoins de cette dérive.


Charlie

Dans "Charlie", le dispositif économe (une voix et cinq instruments) et le format ramassé relèvent de l’opéra de poche des années vingt que le compositeur Bruno Giner pointe çà et là par de brèves allusions et citations (chanson de cabaret, musique de Kurt Weil, rythme de jazz…) au sein d’un langage volontairement éclectique. L'Ensemble K, qui aime à bousculer la forme traditionnelle du concert en la confrontant à d'autres arts, a déjà collaboré avec le compositeur qui s'est inspiré ici de la nouvelle de Franz Pavloff, Matin brun, une courte nouvelle qui décrit la montée d’un régime totalitaire, et l’absence de réaction de deux jeunes gens - Charlie et un ami - qui vont laisser filer le temps jusqu’à l’inévitable étranglement.


 
 
 
 Partenaires